New ebook available @Project Gutenberg: Journal de Eugène Delacroix: Tome 1. 1823-1850 by Eugène Delacroix


Journal de Eugène Delacroix: Tome 1. 1823-1850Journal de Eugène Delacroix: Tome 1. 1823-1850 by Eugène Delacroix
My rating: 5 of 5 stars

Title: Journal de Eugène Delacroix, Tome 1 (de 3)

Author: Eugène Delacroix

Release Date: January 19, 2017 [EBook #54020]

Language: French

Produced by Laura N.R. and Marc D’Hooghe at Free Literature (back online soon in an extended version, also linking to free sources for education worldwide … MOOC’s, educational materials,…) (Images generously made available by the Internet Archive.)

Free download available at Project Gutenberg.

I made the proofing this book for Free Literature and it is published by Project Gutenberg.

Images generously made available by Internet Archive.

Page 123:

Toutes les fois que je revois les gravures du Faust[70], je me sens saisi de l’envie de faire une toute nouvelle peinture, qui consisterait à calquer pour ainsi dire la nature; on rendrait intéressantes
par l’extrême variété des raccourcis, les poses les plus simples; on pourrait, ainsi, pour de petits tableaux, dessiner le sujet et l’ébaucher vaguement sur la toile, puis copier la pose juste du modèle.
Il faut chercher cela dans ce qui me reste à faire de mon tableau.

Page 142:

—-La première et la plus importante chose en peinture, ce sont les contours. Le reste serait-il extrêmement négligé que, s’ils y sont, la peinture est ferme et terminée. J’ai plus qu’un autre besoin de m’observer à ce sujet: y songer continuellement et commencer toujours par là.

Page 204:

La Femme au bain: pour les chairs, teinte locale plate; pour les clairs, de rouge de Venise et blanc, dans laquelle, suivant l’endroit des clairs, jaune de Naples et blanc, De jaune de Naples, blanc et noir pêche, de blanc et noir pêche. Les ombres préparées avec tons de reflets orangés les plus chauds et des tons gris d’ombre par places, tels que blanc, jaune Naples et terre d’ombre, etc.

Pages 340-341:

[Footnote 390: Le nom de George Sand revient assez souvent dans le cours du Journal; les relations entre elle et Delacroix furent assez suivies pour qu’il paraisse intéressant de rappeler ici le jugement qu’elle portait sur Delacroix dans une lettre au critique Th. Silvestre: « Il y a vingt ans
« que je suis liée avec lui, et par conséquent heureuse de pouvoir dire
« qu’on doit le louer sans réserve, parce que rien dans la vie de l’homme
« n’est au-dessous de la mission si largement remplie du maître; et je
« n’ai probablement rien à vous apprendre sur la constante noblesse de
« son caractère et l’honorable fidélité de ses amitiés. Il jouit également
« des diverses faces du Beau par les côtés multiples de son intelligence.
« Delacroix, vous pouvez l’affirmer, est un artiste complet. Il goûte, il
« comprend la musique d’une manière si supérieure, qu’il eût été probablement
« un grand musicien, s’il n’eût pas choisi d’être un grand
« peintre. Il n’est pas moins bon juge en littérature, et peu d’esprits sont
« aussi ornés et aussi nets que le sien. Si son bras et sa vue venaient à se
« fatiguer, il pourrait encore dicter, dans une très belle forme, des pages
« qui manquent à l’histoire de l’art, et qui resteraient comme des
« archives à consulter pour tous les artistes de l’avenir.
» (Th. Silvestre, Les artistes vivants.)

Page 342:

[Footnote 391: Tous les artistes connaissent les études que Baudelaire écrivit à différentes reprises sur Delacroix. Parmi ceux qui ont parlé du maître, nul mieux que Baudelaire n’était préparé à le faire, grâce à l’intuition pénétrante de son esprit critique, à son admirable sens de la modernité, surtout à cette universelle compréhension artistique, qui le rendait apte à juger toutes manifestations originales et nouvelles de Beauté. Le Salon de 1845, l’Exposition de 1846, l’Exposition universelle de 1855, lui furent autant d’occasions d’expliquer au public le génie de Delacroix. Mais ce fut surtout le Salon de 1859 qui lui inspira d’éloquentes pages sur le grand peintre. Ce Salon fut pour Delacroix, suivant l’expression de M. Burty, un véritable Waterloo, et Baudelaire lutta d’autant plus ardemment pour proclamer le génie de l’artiste que celui-ci était plus contesté. Aussi Delacroix lui écrivit-il à la suite de son article: « Comment vous remercier dignement pour cette nouvelle preuve de votre
amitié? Vous venez à mon secours au moment où je me vois houspillé et vilipendé par un assez bon nombre de critiques sérieux ou soi-disant tels… Ayant eu le bonheur de vous plaire, je me console de leurs réprimandes. Vous me traitez comme on ne traite que les grands morts; vous me faites rougir tout en me plaisant beaucoup: nous sommes faits comme cela. » (Corresp., t. II, p. 218.) Après la mort du maître, Baudelaire fit paraître une étude intitulée: L’œuvre et la vie d’Eugène Delacroix, dans laquelle il réunit ses souvenirs personnels et les présenta au public sous cette forme originale et séduisante dont il avait le secret.]

Advertisements

One thought on “New ebook available @Project Gutenberg: Journal de Eugène Delacroix: Tome 1. 1823-1850 by Eugène Delacroix

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s