New ebook available @Project Gutenberg: Faust, Tragedie by Johann Wolfgang von Goethe, Albert Stapfer (Translator), Eugène Delacroix (Illustrator)


Faust, TragedieFaust, Tragedie by Johann Wolfgang von Goethe
My rating: 5 of 5 stars

Title: Faust

Author: Johann Wolfgang von Goethe

Illustrator: Eugène Delacroix

Translator: Albert Stapfer

Release Date: February 19, 2017 [EBook #54202]

Language: French

Produced by Laura N.R. & Marc D’Hooghe at Free
Literature (online soon in an extended version, also linking
to free sources for education worldwide … MOOC’s,
educational materials,…) Images generously made available
by the Gallica, Bibliothèque nationale de France.

Free download available at Project Gutenberg.

I made the proofing for Free Literature and it will be published by Project Gutenberg.

The original file is provided by Gallica – Biblioteque Nationale de France.

Preface:

Il est certains poèmes qui ont eu de tout temps le privilége, pour ainsi dire exclu- sif, d’éveiller l’imagination des peintres; tels sont, entre autres et par excellence, l’Iliade et l’Odyssée d’Homère, le Paradis perdu de Milton, le Roland furieux du divin Arioste on ferait un volume avec la simple énumération des tableaux ou des- sins remarquables qu’ils ont inspirés depuis leur apparition jusqu’à nos jours. Parmi les compositions poétiques tout-à-fait modernes, qui, sous ce rapport, méritent de lutter avec celles que nous venons de nommer, le Faust de M. de Goethe doit être mis au premier rang.

Notes:

Ce qui a été publié de Faust, n’est effectivement qu’une première partie du vaste drame, dont la vie de ce personnage, à partir de l’instant où il engage son âme, devait faire le sujet; car, à la fin de la dernière scène, loin de l’emporter aux enfers en l’emmenant avec lui, le Diable l’arrache ainsi, au contraire, à la mort inévitable qu’il eût trouvée, s’il fût demeuré plus long-temps dans le cachot de Marguerite. Néanmoins comme, d’une part, en se décidant à continuer de vivre dans la compagnie de Méphistophélès, le docteur Faust consomme sa perdition; et que, de l’autre, après avoir inutilement attendu pendant quarante années la seconde partie de l’ouvrage, le public commençait à en désespérer absolument, nous allions effacer ce titre; quand, tout d’un coup, la publication de cette seconde partie nous fût annoncée par l’auteur lui-même: l’effacer malgré cela, c’eût été reculer devant l’espèce d’engagement qu’un tel titre nous faisait prendre, et que nous aimions à contracter, de donner, un jour, un pendant au présent volume; nous l’avons donc laissé subsister. Voici un extrait de la lettre que M. de Goethe nous fit l’honneur de nous adresser à ce sujet, le 4 avril 1827. Ayant, à cette époque, ouï dire qu’il se proposait de publier incessamment une scène, jusque-là inédite, de Faust, nous l’avions prié d’avoir la bonté de nous la communiquer, afin que nous pussions en joindre la traduction à celle du reste de l’ouvrage: «Dans ce moment,» nous répondit-il, «il ne sera rien ajouté à la première partie de Faust, que vous avez eu’ l’obligeance de traduire; «elle restera absolument telle qu’elle est. Le nouveau drame que j’ai annoncé, sous le titre d’Hélène, est un intermède appartenant à la seconde partie; et cette seconde partie est complètement différente de la première, soit pour le plan, soit pour l’exécution, soit enfin pour le lieu de la scène, qui est placé dans des régions plus élevées. Elle n’est point encore terminée; et c’est comme échantillon seulement, que je publie l’intermède d’Hélène, lequel doit y entrer plus tard. La presque totalité de cet intermède est écrite en vers ïambiques, et autres vers employés par les anciens, dont il n’y a pas trace dans la première partie de Faust. Vous vous convaincrez vous-même, quand vous le lirez, qu’il ne peut en aucune façon se rattacher à la première partie, et que M. Motte nuirait au succès de sa publication, s’il voulait essayer de l’y joindre. Mais si, après l’avoir lu, vous le trouvez assez de votre goût, pour avoir envie de le traduire; s’il inspire, en outre, quelque artiste, qui se sente le talent comme le désir d’en crayonner les diverses situations; et si, enfin, de son côté, M. Motte ne répugne pas à publier ce nouvel ouvrage: je vous garantis qu’il pourra se suffire à lui-même. Car, ainsi que je l’ai déjà dit, et que vous le verrez bientôt par vos yeux, il forme un tout complet et a une étendue convenable, etc.»

New ebook available @Project Gutenberg: Journal de Eugène Delacroix: Tome 1. 1823-1850 by Eugène Delacroix


Journal de Eugène Delacroix: Tome 1. 1823-1850Journal de Eugène Delacroix: Tome 1. 1823-1850 by Eugène Delacroix
My rating: 5 of 5 stars

Title: Journal de Eugène Delacroix, Tome 1 (de 3)

Author: Eugène Delacroix

Release Date: January 19, 2017 [EBook #54020]

Language: French

Produced by Laura N.R. and Marc D’Hooghe at Free Literature (back online soon in an extended version, also linking to free sources for education worldwide … MOOC’s, educational materials,…) (Images generously made available by the Internet Archive.)

Free download available at Project Gutenberg.

I made the proofing this book for Free Literature and it is published by Project Gutenberg.

Images generously made available by Internet Archive.

Page 123:

Toutes les fois que je revois les gravures du Faust[70], je me sens saisi de l’envie de faire une toute nouvelle peinture, qui consisterait à calquer pour ainsi dire la nature; on rendrait intéressantes
par l’extrême variété des raccourcis, les poses les plus simples; on pourrait, ainsi, pour de petits tableaux, dessiner le sujet et l’ébaucher vaguement sur la toile, puis copier la pose juste du modèle.
Il faut chercher cela dans ce qui me reste à faire de mon tableau.

Page 142:

—-La première et la plus importante chose en peinture, ce sont les contours. Le reste serait-il extrêmement négligé que, s’ils y sont, la peinture est ferme et terminée. J’ai plus qu’un autre besoin de m’observer à ce sujet: y songer continuellement et commencer toujours par là.

Page 204:

La Femme au bain: pour les chairs, teinte locale plate; pour les clairs, de rouge de Venise et blanc, dans laquelle, suivant l’endroit des clairs, jaune de Naples et blanc, De jaune de Naples, blanc et noir pêche, de blanc et noir pêche. Les ombres préparées avec tons de reflets orangés les plus chauds et des tons gris d’ombre par places, tels que blanc, jaune Naples et terre d’ombre, etc.

Pages 340-341:

[Footnote 390: Le nom de George Sand revient assez souvent dans le cours du Journal; les relations entre elle et Delacroix furent assez suivies pour qu’il paraisse intéressant de rappeler ici le jugement qu’elle portait sur Delacroix dans une lettre au critique Th. Silvestre: « Il y a vingt ans
« que je suis liée avec lui, et par conséquent heureuse de pouvoir dire
« qu’on doit le louer sans réserve, parce que rien dans la vie de l’homme
« n’est au-dessous de la mission si largement remplie du maître; et je
« n’ai probablement rien à vous apprendre sur la constante noblesse de
« son caractère et l’honorable fidélité de ses amitiés. Il jouit également
« des diverses faces du Beau par les côtés multiples de son intelligence.
« Delacroix, vous pouvez l’affirmer, est un artiste complet. Il goûte, il
« comprend la musique d’une manière si supérieure, qu’il eût été probablement
« un grand musicien, s’il n’eût pas choisi d’être un grand
« peintre. Il n’est pas moins bon juge en littérature, et peu d’esprits sont
« aussi ornés et aussi nets que le sien. Si son bras et sa vue venaient à se
« fatiguer, il pourrait encore dicter, dans une très belle forme, des pages
« qui manquent à l’histoire de l’art, et qui resteraient comme des
« archives à consulter pour tous les artistes de l’avenir.
» (Th. Silvestre, Les artistes vivants.)

Page 342:

[Footnote 391: Tous les artistes connaissent les études que Baudelaire écrivit à différentes reprises sur Delacroix. Parmi ceux qui ont parlé du maître, nul mieux que Baudelaire n’était préparé à le faire, grâce à l’intuition pénétrante de son esprit critique, à son admirable sens de la modernité, surtout à cette universelle compréhension artistique, qui le rendait apte à juger toutes manifestations originales et nouvelles de Beauté. Le Salon de 1845, l’Exposition de 1846, l’Exposition universelle de 1855, lui furent autant d’occasions d’expliquer au public le génie de Delacroix. Mais ce fut surtout le Salon de 1859 qui lui inspira d’éloquentes pages sur le grand peintre. Ce Salon fut pour Delacroix, suivant l’expression de M. Burty, un véritable Waterloo, et Baudelaire lutta d’autant plus ardemment pour proclamer le génie de l’artiste que celui-ci était plus contesté. Aussi Delacroix lui écrivit-il à la suite de son article: « Comment vous remercier dignement pour cette nouvelle preuve de votre
amitié? Vous venez à mon secours au moment où je me vois houspillé et vilipendé par un assez bon nombre de critiques sérieux ou soi-disant tels… Ayant eu le bonheur de vous plaire, je me console de leurs réprimandes. Vous me traitez comme on ne traite que les grands morts; vous me faites rougir tout en me plaisant beaucoup: nous sommes faits comme cela. » (Corresp., t. II, p. 218.) Après la mort du maître, Baudelaire fit paraître une étude intitulée: L’œuvre et la vie d’Eugène Delacroix, dans laquelle il réunit ses souvenirs personnels et les présenta au public sous cette forme originale et séduisante dont il avait le secret.]

New ebook available @Project Gutenberg: Vie de Henri Brulard, Tome 2 by Stendhal


Oeuvres completes de Stendhal: Vie de Henri Brulard, Tome 2Oeuvres completes de Stendhal: Vie de Henri Brulard, Tome 2 by Stendhal
My rating: 5 of 5 stars

Title: Vie de Henri Brulard, Tome 2 (of 2)

Author: Stendhal

Release Date: December 21, 2016 [EBook #53779]

Language: French

Produced by Laura N.R. and Marc D’Hooghe at Free Literature (back online soon in an extended version, also linking to free sources for education worldwide … MOOC’s, educational materials,…) Images generously made available by Gallica (Bibliothèque nationale de France.)

Free download available at Project Gutenberg.

I made the proofreading of this book for Free Literature and it will be published by Project Gutenberg.

Original files are provided by Internet Archive.

Page 39:

Je fais de grandes découvertes sur mon compte en écrivant ces Mémoires. La difficulté n’est plus de trouver et de dire la vérité, mais de trouver qui la lise. Peut-être le plaisir des découvertes et des jugements ou appréciations qui les suivent me déterminera-t-il à continuer; l’idée d’être lu s’évanouit de plus en plus. Me voici à la page 501, et je ne suis pas encore sorti de Grenoble!

Page 124:

Je crois que l’affectation, qu’on appelle bien écrire en 1825-1836, sera bien ridicule vers 1860, dès que
la France, délivrée des révolutions politiques tous les quinze ans, aura le temps de penser aux jouissances de l’esprit.

Page 125:

Le gouvernement fort et violent de Napoléon (dont j’aimai tant la personne) n’a duré que quinze ans, 1800-1815. Le gouvernement à faire vomir de ces Bourbons imbéciles (voir la chanson de Béranger) a duré quinze ans aussi, de 1815 à 1830. Combien durera un troisième? Aura-t-il plus…

Page 134:

Cet amour pour Shakespeare, l’Arioste, et la Nouvelle-Héloïse au second rang, qui étaient les
maîtres de mon coeur littéraire à mon arrivée à Paris à la fin de 1799, me préserva du mauvais goût (Delille, moins la gentillesse) qui régnait dans les salons Daru et Cardon, et qui était d’autant plus dangereux pour moi, d’autant plus contagieux, que le comte Daru était un auteur produisant actuellement et que sous d’autres rapports tout le monde admirait et que j’admirais moi-même.

New ebook available @Project Gutenberg: Oeuvres completes de Stendhal: Vie de Henri Brulard, Tome 1 by Stendhal, Henry Debraye (Editor)


Oeuvres completes de Stendhal: Vie de Henri Brulard, Tome 1Oeuvres completes de Stendhal: Vie de Henri Brulard, Tome 1 by Stendhal
My rating: 5 of 5 stars

Title: Vie de Henri Brulard, tome 1 (of 2)

Author: Stendhal

Release Date: December 17, 2016 [EBook #53749]

Language: French

Produced by Laura N.R. and Marc D’Hooghe at Free Literature (back online soon in an extended version, also linking to free sources for education worldwide … MOOC’s, educational materials,…) Images generously made available by Gallica (Bibliothèque nationale de France.)

Free download available at Project Gutenberg.

Another memorable autobiography, a little gem of literature in my opinion.

Like Dumas, Beets, Diderot and Goethe, Stendhal portrayed not only the beginning of this personal writer carrer but he mentioned some important historical events which contributed for his own character.

In addition, Stendhal’s orthography is quite unique with plenty of anagrammes and the use of some patois also.

It’s a pity he didn’t finish it. I will continue with Volume02 now.

I made the proofreading this book for Free Literature and it will be published by Project Gutenberg.

The original files are provided by InternetArchive, as well as by Gallica-BnF

Page 8:

Stendhal semble avoir pris plaisir à dérouter ses futurs éditeurs par l’énigme de son écriture, de ses signes particuliers, de son langage conventionnel. Il s’enveloppe d’ombre et de mystère. Il faut d’abord l’avoir bien prié, ou bien maltraité, pour qu’il se dévoile. Et c’est ainsi que m’a été laissé le soin de l’éditer.

Page 23:

Cette autobiographie est certainement, de tous ses livres, celui que Stendhal a composé avec le plus de plaisir. Il dit, le premier jour: « J’ai fait allumer du feu et j’écris ceci, sans mentir, j’espère,
sans me faire illusion, avec plaisir, comme une lettre à un ami. »

page 26:

Stendhal cependant comptait faire de ses confessions un véritable livre, il écrivait pour la postérité.
Les nombreux testaments, ou fragments de testaments, qu’il sème au hasard des feuillets, en
sont la preuve.

Page 157:

Bruce, descendant des rois d’Ecosse, me disait mon excellent grand-père, me donna un goût vif pour toutes les sciences dont il parlait. De là mon amour pour les mathématiques et enfin cette idée, j’ose dire de génie: Les mathématiques peuvent me faire sortir de Grenoble.

Page 190:

Un roman est comme un archet, la caisse du violon qui rend les sons, c’est l’âme du lecteur.

New ebook available @Project Gutenberg: Viviane by Alfred Tennyson, Francisque Michel (Translator), Gustave Doré (Illustrator)


VivianeViviane by Alfred Tennyson
My rating: 4 of 5 stars

Title: Viviane

Author: Alfred Tennyson

Illustrator: Gustave Doré

Translator: Francisque Michel

Release Date: December 12, 2016 [EBook #53722]

Language: French

Produced by Laura N.R. and Marc D’Hooghe at Free Literature (back online soon in an extended version, also linking to free sources for education worldwide … MOOC’s, educational materials,…) Images generously made available by Gallica (Bibliothèque nationale de France.)

Free download available at Project Gutenberg.

I made the proofing of this book for Free Literature and it will be published by Project Gutenberg.

Images generously made available by Gallica-BnF.

New ebook available @Project Gutenberg: Genièvre by Alfred Tennyson, Francisque Michel (Translator), Gustave Doré (Illustrated)


GenièvreGenièvre by Alfred Tennyson
My rating: 4 of 5 stars

Title: Genièvre

Author: Alfred Tennyson

Illustrator: Gustave Doré

Translator: Francisque Michel

Release Date: December 11, 2016 [EBook #53710]

Language: French

Produced by Laura N.R. and Marc D’Hooghe at Free Literature (back online soon in an extended version, also linking to free sources for education worldwide … MOOC’s, educational materials,…) Images generously made available by Gallica (Bibliothèque nationale de France.)

Free download available at Project Gutenberg.

I made the proofing of this book for Free Literature and it will be published by Project Gutenberg.

Images generously made available by Gallica-BnF.

A
NAPOLÉON III
EMPEREUR DES FRANÇAIS
CE LIVRE
ŒUVRE DU GÉNIE COMBINÉ
DE L’ANGLETERRE ET DE LA FRANCE
ET PRODUIT D’UNE AMITIÉ ENTRE LES DEUX PEUPLES
QUI DOIT SURTOUT SA FORCE
A UNE AUGUSTE IMPULSION
EST DÉDIÉ
PAR SON TRÈS-HUMBLE ET TRÈS-OBÉISSANT SERVITEUR

J. BERTRAND PAYNE.

New ebook available @Project Gutenberg: William Shakespeare by Victor Hugo, A. Baillot (Translator)


William ShakespeareWilliam Shakespeare by Victor Hugo
My rating: 4 of 5 stars

Title: William Shakespeare

Author: Victor Hugo

Translator: A. Baillot

Release Date: November 10, 2016 [EBook #53490]

Language: English

Produced by Laura N.R. and Marc D’Hooghe at Free Literature (online soon in an extended version, also linking to free sources for education worldwide … MOOC’s, educational materials,…) Images generously made available by the Hathi Trust.

Free download available at Project Gutenberg.

I made the proofing of this book for Free Literature and it will be published by Project Gutenberg.

Images generously made available by the HathiTrust .

PREFACE

The true title of this work should be, “Apropos to Shakespeare.” The desire of introducing, as they say in England, before the public, the new translation of Shakespeare, has been the first motive of the author. The feeling which interests him so profoundly in the translator should not deprive him of the right to recommend the translation. However, his conscience has been solicited on the other part, and in a more binding way still, by the subject itself. In reference to Shakespeare all questions which touch art are presented to his mind. To treat these questions, is to explain the mission of art; to treat these questions, is to explain the duty of human thought toward man. Such an occasion for speaking
truths imposes a duty, and he is not permitted, above all at such an epoch as ours, to evade it. The author has comprehended this. He has not hesitated to turn the complex questions of art and civilization on their several faces, multiplying the horizons every time that the perspective has displaced itself, and accepting every indication that the subject, in its rigorous necessity, has
offered to him. This expansion of the point of view has given rise to this book.

Page 67:

Homer, Job, Aeschylus, Isaiah, Ezekiel, Lucretius, Juvenal, Saint John, Saint Paul, Tacitus, Dante,
Rabelais, Cervantes, Shakespeare.

That is the avenue of the immovable giants of the human mind.

Page 145:

Now, take away from the drama the East and replace it by the North; take away Greece and put England,take away India and put Germany, that other immense mother, All-men (Allemagne); take away Pericles and put Elizabeth; take away the Parthenon and put the Tower of London; take away the plebs and put the mob; take away the fatality and put the melancholy; take away the gorgon and put the witch; take away the eagle and put the cloud; take away the sun and put on the heath, shuddering in the evening wind, the livid light of the moon, and you have Shakespeare.

page 154:

A Gutenberg discovering the method for the sowing of civilization, and the means for the ubiquity of thought, will be followed by a Christopher Columbus discovering a new field. A Christopher Columbus discovering a world will be followed by a Luther discovering a liberty. After Luther, innovator in the dogma, will come Shakespeare, innovator in art. One genius completes the other.

Pages 238-239:

The bifurcated idea, the idea echoing itself, a lesser drama copying and elbowing the principal drama, the action trailing its own shadow (a smaller action but its parallel), the unity cut asunder,—-surely it is a strange fact. These twin actions have been strongly blamed by the few commentators who have pointed them out.